Événements - Actualités


  • Assemblée Générale
  • Assemblée générale de l'ASBL "Les Amis des musées d'Arlon (AMA)" le vendredi 28 avril 2017 à 18h30 à l'hôtel Arlux (Arlon). L'Assemblée Générale sera suivie d'un diner convivial à 20h00.
    Le conseil d'Administration des "Amis des Musées d'Arlon" sera très heureux de vous accueillir nombreux à l'Assemblée Générale de notre ASBL, le vendredi 28 avril 2017 à 18h30 à l'hôtel Arlux (Rue de Lorraine 54, 6700 Arlon) et de vous avoir à ses côtés comme convives au dîner qui suivra l'A.G. à 20h00.
    Merci de bien vouloir d'ores et déjà réserver la date du vendredi 28 avril 2017. L'Ordre du Jour de cette A.G. vous sea communiqué fin mars 2017.




  • Invitation
  • Un empereur sur quatre trônes / La vie de Charles IV en quatorze stations le jeudi 24 novembre 2016 à 18h
    Commémoration du 700e anniversaire de la naissance de Charles IV 1316 – 2016 préparée par la Galerie Nationale de Tchéquie





  • Editorial
  • Godefroid Kurth, père de la critique historique moderne
    (Sources : divers articles de presse, le Bulletin trimestriel de IAL 2016 No 3-4, les communiqués au Congrès de l’Association des Cercles Francophones d’Histoire et d’Archéologie de Belgique, organisé par l’IAL les 18-21 août 2016, l’Exposition Kurth au Musée Gaspar, le Bulletin Communal d’Arlon…)

    Au pied du castrum romain est né en 1847 un enfant surdoué, Godefroid Kurth, qui devint le meilleur rhétoricien de Belgique. Après le diplôme au Grade de professeur agrégé de l’enseignement moyen du degré supérieur pour les humanités enseignement littéraire en 1869, il obtint à l’âge de 25 ans le Grade spécial de docteur en Sciences Historiques. En 1873, il fut nommé Professeur extraordinaire à l’Université de Liège et, en 1886, Professeur ordinaire du cours d’Histoire Politique du Moyen Age.

    Il fut un proche du Cardinal Mercier et un soutien ardent des débuts de la Démocratie Chrétienne. Après sa retraite, il est nommé Directeur de l’Institut Historique Belge de Rome (ancêtre de Academia Belgica).

    Toute sa vie, il a gardé une nostalgie et un amour profond pour sa ville d’Arlon. Il y revint régulièrement, y bâtit une maison, mais sans faire le pas d’y habiter car il préférait vivre dans la banlieue de Bruxelles où il avait accès aux Bibliothèques et à la vie intellectuelle de la Capitale. A sa demande, il fut enterré en terre natale au cimetière de Frassem, mais seulement en 1921 car son décès avait eu lieu en 1916 durant la Guerre. En tant qu’érudit, il avait exprimé le désir d’une épitaphe en latin.

    D’origine allemande, il eut toujours un puissant attrait pour la langue, la vie intellectuelle et la culture allemande. Il fut d’autant plus atterré et meurtri de l’invasion allemande de 1914 et des atrocités de la soldatesque dans les villages martyrs de la région.

    Comme l’a déclaré le Professeur Francis Balace au Congrès des 18-21 août 2016, organisé par l’IAL à Arlon, « Godefroid Kurth était un homme de son temps, épousant les mentalités et les querelles de son époque », s’engageant avec passion et conviction souvent extrêmes, et important les querelles de l’Université de Liège en terre arlonaise. D’où notamment le conflit avec Emile Tandel et avec l’IAL.

    David Colling, Directeur du Musée Gaspar, a résumé ce trait de caractère de Godefroid Kurth : « Il s’est rapidement inscrit dans la lutte entre catholiques et libéraux ». Dans la violence des débats de l’époque, des 2 côtés, « on pouvait en arriver aux mains » - L’Avenir du Luxembourg du 19 août 2016.

    Il est rappelé qu’en France, ces mêmes débats et vives querelles ont abouti en 1905 à la loi Emile Combes de séparation des Eglises/Religions et de l’Etat. Quant à l’apport académique de Godefroid Kurth, Jean-Marie Triffaux, Echevin, l’a résumé dans le Bulletin communal d’Arlon : « Il fait figure de pionnier en créant des cours novateurs comme l’épigraphie ou l’archéologie et surtout en créant le premier séminaire de recherche historique».

    En conclusion, je ne peux que vous recommander chaudement de visiter l’Exposition Godefroid Kurth au Musée Gaspar. En plus du Fonds G. Kurth de l’IAL, l’Exposition met en valeur de nombreux documents prêtés par les Archives du monde catholique à Louvain-la-Neuve, qui avaient hérité des archives privées de Madame Eva Lavaux, veuve de Godefroid Kurth.


    Gilbert Jungen
    Président de l’asbl « Les Amis des Musées d’Arlon (AMA) »
    Administrateur de la « Fédération des Amis des Musées de Belgique » asbl




  • Activités
  • Le Conseil d’Administration de l’ASBL « Les Amis des Musées d’Arlon » a le plaisir de vous informer des différentes activités organisées dans les prochains mois.
  • Visites guidées et gratuites le samedi 29 octobre du musée militaire (Infantry Museum), du musée du cycle, du musée d'Autelbas et du musée du scoutisme
    • Programme : un covoiturage est organisé pour maximum 15 personnes (les 15 premiers inscrits). Inscription par email contact@amismusees-arlon.org ou par SMS au numéro 0484 760 314.
      • De 8h00 à 8h30 : Rassemblement au Parking de la Maison de la Culture. Passage à la Place Léopold. Chargement à domicile sur demande au GSM 0484 760 314
      • 8h35 : départ pour le Musée Militaire à Stockem
      • 10h30 : départ pour le Musée du Cycle à Weyler
      • 12h30 : repas en commun – 2 menus à prix modique. Les modalités seront communiquées en temps utile aux participants
      • 14h15 : départ pour le Musée d’Autelbas
      • 16h15 : départ pour le Musée du Scoutisme à Bonnert

  • Exposition « KURTH » au musée Gaspar du 24 juin 2016 au 5 mars 2017
    • Cent ans après le décès de Godefroid Kurth, le Musée Gaspar organise l’exposition « Kurth » jusqu’au 5 mars 2017.
    • Né à Arlon le 11 mai 1847 d’un père allemand, Godefroid Kurth a laissé un héritage scientifique conséquent, puisqu'il peut être considéré comme le père de la critique historique moderne en Belgique.
    • Visite de l’exposition au Musée Gaspar (rue des Martyrs, 16 à 6700 Arlon) du mardi au samedi de 9h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30.

  • Exposition « Parures de la tête aux pieds » au musée archéologique du 21 mai 2016 au 19 novembre 2016
    • Le Conseil d’Administration des « Amis des Musées d’Arlon » vous recommande vivement de visiter l’Exposition « Parures de la Tête aux Pieds » au Musée Archéologique d’Arlon, du 21 mai au 19 novembre 2016.
    • Cette exposition présente un large panel du patrimoine luxembourgeois, de la Préhistoire au XXe siècle, à travers un thème prestigieux : la parure.
    • Il s’agit d’une exposition collective, organisée à l’initiative de la Province de Luxembourg, fruit du partenariat entre 8 Musées situés sur son territoire : le Musée Archéologique d’Arlon, le Musée Gaspar, le Musée de la Famenne, le Musée Ducal, le Musée Gaumais, le Musée des Celtes, le Musée en Piconrue, et le Domaine du Fourneau Saint-Michel.
    • Adresse : Musée Archéologique d’Arlon, 13, rue des Martyrs, à 6700 Arlon.

  • Exposition "Arlon au fil du cycle" du 18 août au 23 octobre au palais (place Leopold 2). Entrée libre du mardi au dimanche de 14h00 à 18h00
    • Découvrez Arlon et son passé cycliste au travers de pièces de collection uniques.
    • Cette exposition a pu être montée grâce à l’impressionnante et riche collection de Philippe Tibesar, fondateur-dirigeant du Musée du Cycle à Weyler (Arlon). Vous y découvrez la fabuleuse évolution du « deux roues », de la draisienne de 1810 au vélo de course de 2016 et ce, avec une scénographie particulièrement attrayante.

  • Fêtes Gallo-Romaines des 3 et 4 septembre 2016
    • Sur les voies menant à Arlon, l’inscription « Arlon ville romaine » est affichée sur les panneaux touristiques de la Fédération Touristique du Luxembourg Belge (FTLB). C’est en vue de la promotion d’Arlon ville romaine que le Royal Office du Tourisme d’Arlon (ROTA) organise depuis 4 ans des Fêtes Gallo-Romaines le premier week-end de septembre, accompagné par le Musée Archéologique et avec le soutien de la Province et de la Ville.
    • En cette année 2016, les Fêtes ont eu lieu les 3 et 4 septembre. Les journaux VLAN du 24 août et L’Avenir du Luxembourg du 26 août en ont diffusé la présentation et le Programme.
    • Bien que notre soutien au ROTA soit limité, nous nous interrogeons comment nous pourrions mieux contribuer : 
      • à ce que ces Fêtes deviennent les Fêtes de tous les Arlonais et de toutes les forces vives
      • et à une parution anticipée du Programme des Fêtes Gallo-Romaines en septembre 2017, devant permettre aux habitants de la région de réserver la date à temps, de connaître le Programme des Fêtes, et ainsi de pouvoir mieux y prendre part comme acteurs ou comme spectateurs.
    • Faute d’informations en temps utile, nous n’avons pas pu tenir au courant nos Membres du Programme des Fêtes gallo-Romaines de ces 3 dernières années. Aussi, nous souhaitons vivement pouvoir éditer en juillet 2017 une LETTRE Trimestrielle AMA reprenant le Programme complet des Fêtes de septembre 2017.
    • De plus, nous souhaitons partager avec vous le témoignage enthousiaste au sujet des Fêtes gallo-romaines 2016 à Arlon de deux membres de notre Conseil d’Administration, Irène Reding et Anny Lambé :
      VVO Veni Vidi Orolaunum.
      Excellente initiative et...nouveauté que ce rallye incitant petits et grands à venir et à voir, avec des yeux plus curieux que d'habitude, le patrimoine d'Arlon. Et quoi de plus séduisant que de s'instruire en jouant! Veni Vidi Vici : Amuse-toi à Orolaunum et Veni Vidi Vici : Menez l'enquête à Orolaunum. Les road-books, véritables outils pédagogiques et didactiques pour enfants et adultes, conçus intelligemment par l'équipe du ROTA, ont bien rempli leur fonction. Les cubes-photos ont, eux, retracé l'histoire des fouilles du chef-lieu et des découvertes des blocs qui font la fierté (à juste titre d'ailleurs) du Musée archéologique du Luxembourg. Sa collection lapidaire est l'une des plus importantes d'Europe. Les tours Neptune et Jupiter ont été prises d'assaut. Beaucoup d'Arlonais ne les avaient encore jamais vues! Quant aux étrangers de passage (des Canadiens entre autres), ils ont exprimé leur admiration devant ces témoins impressionnants du " castrum " que fut Arlon au Bas Empire. Bref, que des heureux! Et que dire de l'exposition et des jeux au Royal Office du Tourisme! Beaucoup de monde...un plus donc que cette façon ludique de s'initier au passé d'une ville qui, ne l'oublions pas, est l'une des plus anciennes de Belgique. La 4ème édition peut être fière, même si d'aucuns ont regretté l'absence des légionnaires et des gladiateurs. L'édition de 2017 ne devrait pas manquer d'apporter d'autres surprises! Aussi que vivent Arlon et son passé! Irène et Anny.






Historique des Événements passés


Depuis 2006, nous avons organisé de nombreuses visites de Musées et d’Expositions.

  • Expositions
  • Exposition au Musée Archéologique « De la pierre au métal » en cours jusqu’au 27 mars 2016.
    « L’exposition évoque les préoccupations préhistoriques et protohistoriques sur le territoire de la province de Luxembourg au travers d’une sélection de pièces issues des collections du musée et de prêts d’institutions partenaires et de particuliers.
    L’un des objectifs est de démontrer que le territoire a été densément occupé durant ces époques.

    Pour la Protohistoire, une sélection de pièces évoque l’Âge du Bronze. L’Âge du Fer est quant à lui notamment illustré par un matériel provenant de tombelles et des éléments de parure exceptionnels. Source, dépliant du Musée Archéologique.

    De la Pierre au métal



    Exposition au Musée Gaspar « Les Capucins en Luxembourg -1616-1796 » du 16/10/2015 au 05/06/2016 .
    « Les Archiducs Albert et Isabelle et l’Evêque de Trèves font venir les capucins en 1616 à Marville, en 1620 à Arlon, en 1621 à Luxembourg et à Thionville en 1624. Le but de cette extension visait surtout à contrecarrer la progression de la Réforme protestante, favorisée par la mauvaise conduite du clergé luxembourgeois.

    L’actuelle église St Donat et ses dépendances constitue le principal héritage encore visible de ce passé. L’exposition présente une sélection d’objets d’orfèvrerie, de vestiges archéologiques, de documents d’archives, de livres et de tableaux ayant constitué le patrimoine de ces couvents luxembourgeois, ou évoquant leur souvenir » Source, dépliant Musée Gaspar.

    De la Pierre au métal





  • Conférences

  • Cycle de conférences AMA 2012-2013 à INDA :
    "Développer la mémoire gallo-romaine"
    Un cycle de 6 conférences a été monté en collaboration avec le Professeur Cavalieri, une équipe de scientifiques de UCL et le Musée National d’Histoire et de l’Art de Luxembourg. Une proposition d’association a ce cycle été faite à la Ville d’Arlon, à l’Institut Archéologique du Luxembourg, ainsi qu’aux deux musées « Archéologique » et « Gaspar » :

    • La première conférence s'est tenu le mercredi 5 décembre 2012 à 20 H à l’INDA. Le Professeur Cavalieri a parlé de « Imagines delendae – La destruction des statues dans le monde romain » dont voici un résumé : La conférence a mis l'accent sur la destruction délibérée et violente des statues dans le monde romain, en tenant compte tant de l'aspect politique, lié à la destruction des images des empereurs, que de l’aspect religieux, inhérent à la destruction des idoles païennes. La conférence exposa en détail l’impact de ces destructions en examinant la signification officielle donnée à la damnatio memoriae par le fait que souvent, ces statues et monuments ne sont pas complètement supprimés, mais restent au contraire exposés, tout en devenant généralement porteurs de nouvelles identités. Prof. Ph.D. Marco CAVALIERI, Archéologie Romaine et Antiquités Italiques/ Université catholique de Louvain (UCL) / Président du Centre d'Études des Mondes Antiques (CEMA)

      Tondo from Djemila (Egypt), probably AD 199, showing the Severan dynasty: Septimius Severus with Julia Domna, Caracalla and Geta, whose face is smeared out, probably because of the damnatio memoriae put against him by Caracalla. Tempera on wood, Staatliche Museum zu Berlin (inv. 31.329). Diam. 30 cm.




      Photo de M . CAVALIERI










    • La deuxième conférence a eu lieu le mercredi 16 janvier 2013 à 20 H à l’INDA par Pierre Assenmaker, sur le thème « Sylla : le républicain qui tua la République » dont voici une introduction : L. Cornelius Sulla (138-78 av. J.-C.) occupe une place exceptionnelle dans l’histoire de la fin de la République romaine, à laquelle ne le prédestinait pas sa naissance dans une vieille famille qui n’occupait plus depuis des décennies le devant de la scène politique. Après une jeunesse dissolue, à en croire les auteurs anciens, il se révéla à l’époque de la guerre contre Jugurtha, où Marius repéra bien vite ses talents d’officier et de diplomate, et le prit sous son aile. La relation entre les deux hommes se dégrada en quelques années, et la querelle entre ces commandants ambitieux mena Rome à la première des trois guerres civiles qui sonnèrent le glas de la res publica libera. Sorti victorieux de l’affrontement contre les partisans du vieux Marius, Sylla entreprit de restaurer la République sénatoriale traditionnelle. Si la « constitution syllanienne » ne devait guère survivre à son auteur, les actions violentes et illégales qu’il avait menées pour laver son honneur bafoué et atteindre la prééminence politique qui lui permettrait d’être le restaurateur du mos maiorum ouvrirent en revanche la voie au fossoyeur de la République, César, et à ses héritiers. Pierre Assenmaker, Chargé de recherches du F.R.S.-FNRS à l'Université catholique de Louvain, Collège Erasme.



      Denier de Q. Pomponius Rufus (droit), 54 av. J.-C.
      Numismatische Bilddatenbank Eichstätt.







    • La troisième conférence s'est tenu le mercredi 06 février 2013 à 20 H à l’INDA par Cécile Arnould sur le thème « L’enlèvement d’Europe et les paix universelles, au siècle des Lumières : les médailles d’un mythe » dont voici un résumé : Le mythe d'Europe et la représentation de son enlèvement par Zeus ont été illustrés sur de nombreuses monnaies et médailles. Depuis l'Antiquité et jusqu'à nos jours, des pièces de monnaies ont été ornées par des allégories de cette princesse, enlevée par le plus puissant des dieux, Zeus, métamorphosé en taureau. Symbole puissant, source de l'histoire de la représentation de notre continent géographique, ce mythe a été largement illustré par de nombreuses médailles depuis la Renaissance. Cadeaux prestigieux et emblématiques, les médailles s'échangeaient entre émissaires et attiraient les regards des monarques. Au Siècle des Lumières, un grand nombre de médailles représentent le mythe, notamment pour célébrer des traités de paix ou des négociations stratégiques (à l'exemple de la Paix de Ryswick en 1697 ou bien encore du Traité d'Utrecht, signé en 1713). Sur ces objets précieux, le portrait d'Europe est clairement lié à la paix, à l'abondance et à la prospérité. A travers l'illustration et l'analyse de ce mythe, une nouvelle image apaisante d'Europe se fait jour. Cécile Arnould, Assistante scientifique, Cabinet des Médailles, Musée National d'Histoire et d'Art, Luxembourg





    • La quatrième conférence a eu lieu le mercredi 27 février 2013 à 20 H à l’INDA par Nicolas Amoroso sur le sujet « La diffusion de l’image de la déesse Isis dans le monde gréco-romain » : Déesse aux multiples facettes, Isis est l’une de ces divinités égyptiennes dont le culte a connu une large diffusion, depuis les eaux du Nil jusqu’à celles de la Méditerranée. Ce phénomène complexe est entre autres matérialisé par plusieurs objets à l’effigie d’Isis retrouvés dans tout le bassin méditerranéen. Si le sujet de cette conférence intègre l’étude de la diffusion des images dans le monde gréco-romain, il pose le problème de la « contamination » d’une image et de sa nature hybride. L’iconographie d’Isis se transforme non seulement au fil du temps, en raison des influences subies par l’Égypte, mais aussi en vertu des espaces où elle s’implante. Le jeu d’identités multiples de la déesse Isis rend aussi difficile la définition d’une clef de lecture pour étudier l’iconographie isiaque. En ce sens, cette conférence a pour objectif de présenter l’ensemble de ces phénomènes en précisant les modalités de la « création » de l’image canonique d’Isis telle qu’elle se diffuse dans tout l’empire romain. Nicolas Amoroso, Assistant-doctorant, Université catholique de Louvain, Collège Erasme





    • La cinquième conférence s'est tenu le mercredi 20 mars à 20 H à l’INDA par Myriam Serck-Dewaide sur le thème « La polychromie oubliée des sculptures grecques et romaines » . Une courte introduction paraîtra plus tard. Myriam Serck-Dewaide, Directeur –général honoraire de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA) Bruxelles.




    • La sixième conférence s'est tenu le mercredi 27 mars à 20 H à l’INDA, le Professeur Cavalieri a parlé de « Sexe, amour à Pompéi avant l’éruption du Vésuve »  La conférence mis l’accent sur l’analyse d’un domaine peu abordé en rapport avec la vie quotidienne de la fameuse cité vésuvienne : le monde du sexe dans ses aspects sociaux, politiques et commerciaux. Sur base des données archéologiques issues des fouilles (boutiques, maisons et lupanars), la vie des femmes pompéiennes fut retracée en accordant une place importante aux métiers socialement plus humbles parmi lesquels figure, en premier lieu, la prostitution. Les « sites » des rapports sexuels tarifiés de Pompéi ont été présentés et grâce aux peintures et aux inscriptions antiques, il fut possible de reconstituer les prix et les commentaires des patrons pompéiens, contribuant ainsi à ouvrir une section importante de la vie quotidienne de la cité. Prof. Ph. D. Marco Cavalieri Archéologie Romaine et Antiquités Italiques, Université Catholique de Louvain (UCL), Président du Centre des Mondes Antiques (CEMA)


  • En 2011/2012 :
  • En 2011 :
    • Au Musée Gaspar "Roger Greisch (1917-1999) - métamorphoses formelles et chromatiques" du 08/04/11 au 25/09/11.
    • Pour les 125 ans du Musée Archéologique "Le Musée Archéologique d'Arlon s'expose" du 02/06/11 au 31/12/11
  • En 2010 :
  • En 2009 :
    • conférence « Arlon 2000 ans de Romanité » organisée avec 4 autres partenaires : la Province de Luxembourg, la Ville d’Arlon, l’asbl Institut Archéologique du Luxembourg et Roma asbl d’Etudes Antiques du Professeur Cavalieri : plus de 230 auditeurs !
  • En 2008 et 2007 :
    • novembre 2007 et 2008, coopération avec une Ecole pour organiser deux conférences-dégustations sur les « Saveurs et Coutumes de la Table Romaine » afin de mieux faire connaître aux jeunes et aux parents les aspects de la vie quotidienne illustrés par le biais des bas-reliefs du Musée.
    • septembre 2007, inauguration conjointe avec le Président de L'Institut Archéologique du Luxembourg (IAL) du mannequin-légionnaire, financé par notre asbl.
    • mars 2007 : venue du Consul Général d’Italie et du Professeur Marco Cavalieri de l’UCL
  • Avant 2007 :
    • Depuis sa création en 1990, l'a.s.b.l. a mené diverses actions en faveur des Musées comme la restauration du Retable de Fisenne, l’organisation de 3 expositions, ou encore plusieurs restaurations d'oeuvres en plâtre de l'arlonais Jean-Marie Gaspar et le don d'une oeuvre en plâtre de l'anversois Jef Lambeaux.